Métal hurlant à La Louvière

Power2013Final.epsHabituellement calme, la place communale de La Louvière, prendra ce weekend, des allures de plaine festivalière. Le Power Festival y déposera ses deux scènes métal, samedi et dimanche, à deux pas de la taverne du Théâtre. Organisé par l’asbl Centerock, cet événement vient d’atteindre sa neuvième édition. Et l’on nous promet 28 groupes aux accents locaux, nationaux et internationaux. Une belle longévité pour ce qui s’apparente au troisième événement musical – après Dour et Ronquières – dans notre belle province hainuyère. Bien sûr la fréquentation n’est pas comparable, mais il n’en reste pas moins original pour un festival de genre.

Traditionnellement c’est au 21 juillet que se tient ce rendez-vous désormais incontournable. Mais face au Dour Festival et aux Francofolies de Spa, peut-on faire le poids ? En déplaçant l’événement ces 13 et 14 juillet, Geoffrey Herman, organisateur du Power Festival, y voit un moyen d’attirer peut-être plus de spectateurs et de dépasser la moyenne de 3000 atteinte l’an dernier. D’ailleurs, l’affiche de cette année, mélange beaucoup plus les genres : rock pur, métal, punk, rock-à-billy, stoner, ska punk rock.

Another Black BandSur les 28 groupes, cinq sont purement locaux ou se composent de musiciens issus du crû. Il s’agit de Dead Shrimps, Another Black Band, Dirty Bees – le premier groupe signé sur le label louviérois Centerecords pour l’album Ghost Town - et Jane Doe and the Black Bourgeoise, où l’on retrouve notamment Nicolas Scamardi (Von Durden). Et dans une moindre mesure Skarbone 14, dont le trompettiste est originaire de La Louvière.

«Lors du tout premier festival dans la Taverne, on n’avait que des groupes locaux. Il a fallu attendre quelques années pour attirer des formations connues sur les scènes nationales et internationales. On arrive désormais sur notre réputation à avoir des affiches américaines dans des budgets raisonnables», poursuit G. Herman. Le Power Festival reste en effet un des festivals les moins onéreux de Belgique. Les places se vendaient jusqu’hier à 15 euros la journée (20 pour le combo 2 jours). Il vous en coûtera demain 25 euros sur place et 40 euros pour les deux jours. Bien en dessous de la moyenne des festivals d’été.

«La musique adoucit les moeurs.
Oui, mais et si c’est du métal ?
Ben, elle fait tomber les murs.»

Magical CandiesUne centaine de bénévoles seront sur la brèche pour deux journées à l’ambiance conviviale. Samedi, on vous conseille de ne pas manquer le Black Tartan Clan, qui vous invitera à pogoter sur des airs de cornemuse; mais aussi la voix de la chanteuse des Hillbilly Moon Explosion ainsi que le rock instrumental de Karma To Burn et le set déjanté d’Experimental Tropic Blues Band. La soirée se clôturera avec Bulls on Parade, qui a pour spécialité de reprendre les titres de Rage Against the Machine. Ce sont les Chapellois d’Another Black Band qui lanceront les hostilités. Ils seront précédés par le vainqueur du prix spécial Envol des Cités, the Magical Candies.

Power ProgrammeDimanche, mention pour Mononc’ Serge, un mélange de Sttellla et de Cédric Gervy à la sauce canadienne, le ska punk de Skarbone 14, le son gipsy de Urban Voodoo Machine, ainsi que le show très visuel de Punish Yourself ou encore les accents horrifiques des Germains de KDV-Deviators. Le Power Festival reçoit le soutien du Syndicat d’Initiative et de la Ville de La Louvière, de la Province de Hainaut, mais aussi de partenaires privés. Voir le programme complet ici => 

Texte :Fab

photos :PowerFestival

Print Friendly

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


six − 2 =

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>