Cerise de Rentrée

Insomnie-le-jus-de-cerise-meilleur-que-les-somniferesJe ne sais pas si c’est moi ou ce parfum de Rentrée des Classes qui plane dans l’air, mais les souvenirs sont surprenants, parfois. Ils se faufilent par bribes dans notre subconscient, quand l’on s’y attend le moins. Cachés au détour d’un objet, d’une parole, d’un regard, d’une anecdote, d’une effluve ou d’une saveur, ils surgissent tel des diables de leur boîte pour nous sauter au cou, et provoquer des bouffées de chaleur intenses et inattendues. De celles que l’on ressent lorsque la conscience d’avoir oublié quelque chose nous titille. Du picotement qui remonte l’échine à la sueur qui redescend les tempes. Et puis, comme un meuble en pièces détachées, les souvenirs se reconstruisent, sans même un tournevis. Ils s’emboîtent, les uns dans les autres. Sans que vous ayez besoin de la notice.

le-jus-de-cerise--boisson--verre-de-cocktail_3216463C’est ainsi que je fus piégé par un jus de cerise. Attiré par l’arôme subtil de ce fruit rouge concentré, je portai la bouteille à mes lèvres et fus transporté quasi immédiatement par Dieu sait quelle machine à remonter le temps, derrière les fenêtres de l’école libre des Bruyères, rue du Fief à Anderlues, l’odeur des salles de classe et de la craie inondant mes sens. Je suis à l’école primaire, assis sur une petite chaise en bois. Tout me paraît hors taille, gigantesque. Je me revois longeant le dépôt des trams et des bus Vicinaux, maman à mes côtés, parcourant le petit sentier qui relie notre maison à l’école, passant à travers champs, au milieu des vaches et des vergers, jusqu’à la façade blanche et la barrière rouge de la cour de récré.

bancL’instant suivant, j’applaudis à tout rompre la performance d’un clown venu avec sa troupe égayer les élèves, et me surprend à esquisser un sourire lorsqu’il vide sur la tête d’un cobaye un seau de mousse blanche faite maison. Derrière lui, les bancs ont été repoussés contre les parois du réfectoire ou de la classe, je ne sais plus. C’est là. Sous l’un de ces bancs à l’allure lisse non encore balafré des coups de bic et des scaraboutchas du temps qui passe. Sous l’un de ces bancs à la surface laquée grise. Sous l’un de ces bancs parcourus d’une ligne noire percée d’un trou où jadis prenait place le pot à encre que nous n’utilisions plus. Là, que se trouvait mon Graal. Là, que me ramènent mes souvenirs. Là, que se trouvait le bac de jus de cerise…

Près de quatre décennies plus tard, j’apprends que l’école de Baume à La Louvière, développe un projet pilote qui a pour objet l’introduction d’une alimentation saine et équilibrée au sein de l’école, à travers la découverte de nourriture provenant d’autres cultures. J’imagine les souvenirs qui germeront dans l’esprit de ces jeunes élèves… d’ici quelques années, à la Rentrée. Et en y repensant, finalement, la Rentrée des Classes, c’est pas si mal que ça… 

Fab

Print Friendly

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


six − 3 =

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>