Comme des funambules

Equilibres précaires

Funambules. Nous marchons sur un fil tendu vers une autre rive. En suspension. Bravant les intempéries à la recherche non pas d’un autre ailleurs, mais d’un autre ici. Strépy-Bracquegnies. Là où les flots s’animent. De haut en bas. De bas en haut. Au bord du canal, un quartier s’est animé le weekend dernier. Malgré la pluie, entre les gouttes, on a goûté aux éclaircies, à la bonne humeur, au bon vin. Le sourire aux lèvres, le saucisson entre les dents. Peu importe le flacon, pourvu qu’on ait l’ivresse dit l’adage.

Joutes sur le canal

En surface, la tempête secoue les flots. Mais au fond, c’est l’intensité qui compte. On a vu des gens couler avec le sourire, dans les joutes d’eau. On a vu des gens danser sur le lit du canal, entre gris clair et gris foncé, entre deux rives. Equilibre précaires. On a vu des gens dormir debout. Yeux clos sur quelques coussins ronronnants ou conteurs, posés-là par quelques inconnus rêveurs. On a vu des superhéros passer entre les gouttes.

On a vu le Tram 33 sur une péniche. Et on a souri. Les pantalons trempés jusqu’aux genoux. Parce qu’à Strépy-Bracquegnies, derrière le gris, il y avait des couleurs. Et tant pis s’il y avait la pluie. L’essentiel c’était d’y être et La Louvière Dynamique y était.

 

Texte et photos : Fab.

Le weekend au bord de l’eau en images :
Sur le canal
Funambules
Naufragés

Print Friendly, PDF & Email

2 réponses à “Comme des funambules

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


− 6 = un