Le beau genou des Loups

SNC01018

Pasqualino, en plein exercice

Monter les marches. Descendre les escaliers. Escalader les échafaudages. Porter plus que son poids, chaque jour. Voilà qui rend le travail des métiers de la construction particulièrement dangereux pour les articulations. Surtout celles des genoux. Pasqualino Di Raimondo sait de quoi, il parle. Ouvrier polyvalent depuis plusieurs années, il vient à 48 ans, de subir une importante opération réparatrice du genou. «Je ressentais des douleurs depuis 2006, dans le genou gauche, mais le droit a lâché en premier», explique-t-il.

Quintart

Dr Christian Quintart

Confié aux mains expertes du Docteur Christian Quintart, chirurgien orthopédiste à l’hôpital de Jolimont, il a testé une chirurgie de régénération des tissus du cartilage. Concrètement, l’on prélève une partie du cartilage abîmé, on le transporte de manière stérile auprès d’un laboratoire spécialisé – en l’occurrence Tigenix – où les cellules sont amplifiées pendant 13 semaines. Ensuite, elles sont injectées sur une petite membranes collée, cousue ou fixée sur le cartilage. La technique « Chondrocelect » a été développée par le laboratoire Tigenix, en collaboration avec la Koninglijke Universiteit Leuven (KUL) et l’UZ Gand.

cage de rocher

cage de rocher

Le patient doit suivre un programme intense de kinésithérapie. Cage de Rocher (ou de pouliethérapie pour les exercices de kiné) et attelles motorisées seront son quotidien pendant plusieurs mois. Le temps que les cellules se régénèrent. C’est la première fois que l’hôpital de Jolimont réalise ce type d’opération. Plus de 800 ont déjà été réalisées en Flandre. En Wallonie, seul le CHU de Mont-Godinne la pratiquait. L’opération est totalement remboursée à condition que le patient soit consentant, que le chirurgien soit spécialisé, que les symptômes soient apparus dans les 5 ans, que la surface de cartilage atteinte dépasse les deux centimètres carrés. Enfin, il faut que le patient n’ait pas encore 50 ans.

genou001

opération (crédit Jolimont)

Pasqualino, lui, se sent déjà mieux. Les douleurs qu’il ressent aujourd’hui lorsque son genou est gonflé, n’ont rien à voir avec celles, insupportables, qu’il avait commencé à ressentir lorsque son patron lui a recommandé d’arrêter son activité.

Voilà qui nous rappelle que La Louvière a longtemps été, même depuis bien avant la création de l’ancien hôpital civil, des cliniques de Jolimont, puis du CHU Tivoli, un lieu où l’évolution médicale n’a jamais été un vain mot. Comme l’a indiqué l’historien et médecin Roger Darquenne, dans son ouvrage « Esquisse historique du Centre Industriel » c’est d’ailleurs à Jolimont que le Docteur Raymond Herman (1859-1921) ouvre la première clinique chirurgicale de la région du Centre, en 1893, surfant sur les découvertes de l’anésthésie et des antiseptiques(1). Elle est rebaptisée clinique chirurgicale du Centre éviter la confusion avec l’hôpital de Jolimont qui, lui, disposera de sa première salle d’opération en 1901 (2). Avant même l’apparition de l’électricité, en 1903…(3)

Fab

(1) DARQUENNE (R.), Esquisse historique du Centre industriel (1830-1914) in Mémoires d’une région : Le Centre, 1830-1914, Morlanwelz, 1984, p.64.
(2) VAN YPERZEELE (A.), Des maisons de charités aux centres hospitaliers, Haine-Saint-Pierre, 2004, pp. 38-39.
(3) BILTERYST (D.), HELLER (M.), Jolimont : Du château à l’hôpital. Parcours d’une communauté religieuse, Jolimont, 2007, p. 28.

 

Print Friendly

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


2 − = un

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>