Cocorico pour le centre-ville

Cocorico. La gestion centre-ville de La Louvière a décroché un des Coups de Coeur de l’Association des Managements de Centre-Ville (AMCV), le vendredi 9 novembre 2012, à Charleroi. Inscrite dans la catégorie Animation commerciale, elle concourrait pour l’action «Chasse aux sorcières», qui a eu lieu le 27 octobre. Mais aussi dans la catégorie Logement et urbanisme, pour l’action «Harmonisation des Terrasses». C’est cette dernière qui a été primée. Une récompense qui couronne le fruit d’un travail de longue haleine, comme l’explique Céline Dupire, gestionnaire du centre-ville louviérois.

Céline Dupire lors du montage de La Louvière Plage

La Louvière Dynamique : Comment est née cette idée d’harmoniser les terrasses ?

Céline Dupire : «Elle s’est imposée avec la rénovation des espaces publics, des trottoirs, et l’aménagement de rues piétonnes. Divers commerçants n’avaient pas de terrasses avant les travaux, mais avaient l’intention de s’en procurer. Il fallait entamer le travail avant qu’ils n’investissent dans le mobilier. C’était important pour que l’impact de la rénovation soit efficace. La Ville voulait travailler sur les terrasses. Nous sommes donc entrés dans ce dossier en accord total. La gestion centre-ville a plutôt joué un rôle de coordination, avec le service développement économique, le service taxe et redevance, le service juridique, le cadre de vie, la mobilité, l’implantation, le règlement communal de police, les services de l’urbanisme, etc.»

LLD : Comment avez-vous convaincu les commerçants ?
C.D. : «Nous avons souhaité mettre en place une charte avec les commerçants, pour qu’ils s’engagent. Le règlement communal s’est ensuite basé sur la charte. Avec les commerçants, c’était vraiment du travail de participation. Je suis fière et contente du travail accompli.»

photo Fab

LLD : De quelle manière avez vous procédé ?
C.D.: «Nous avons élaboré un questionnaire avec les commerçants. Voir s’ils avaient l’intention d’acheter des terrasses. Si oui, de quelle couleur, de quel type, de quel matériau. On finit par apprendre tout le jargon. Je suis ensuite allée les voir un par un, en débutant par la place communale, le boulevard Mairaux et la place Maugrétout. Sur base des interviews individuelles, nous nous sommes réunis, avec les services de la Ville, avons écrit la charte que nous leur avons présentée. Le résultat est une palette de couleurs neutres, douces et naturelles. Avec de l’aluminium et du bois.»

LLD : Quelle est l’importance d’une terrasse harmonisée ?
C.D. : «D’abord d’avoir le même mobilier pour tout le monde. Ensuite de créer un effet positif. Les tables et les chaises en plastique, il faut avoir que ce n’était pas très beau. Le travail en amont a duré deux ans. Puis, le temps que le règlement soit adopté. Nous avions eu des réactions négatives au départ. Finalement, les plus récalcitrants du début ont emboîté le pas.»

LLD : La ville change…
C.D.: «Complètement, regardez la tente blanche/le vélum sur la place Mansart. Le lieu est totalement différent. Il faut bien sur que les gens reviennent. Tout n’est pas terminé. Le quartier Abelville doit encore faire l’objet de travaux. Mais les changements actuels sont vraiment impressionnants.»

photo : Alexis Taminiaux

LLD : Ce coup de coeur, il représente quoi pour vous ?
C.D. : «C’est une reconnaissance. Et puis nous nous intégrons dans un guide de bonnes pratiques, qui regroupe toutes les actions nominées. C’est l’occasion de faire un petit focus sur les bonnes actions de la gestion. Etre reconnu par ses pairs, cela permet de voir où l’on se situe.»

C’est le quatrième coup que reçoit la gestion centre-ville de La Louvière depuis l’arrivée de Céline Dupire en 2007.

Les gestionnaires précédents avaient reçu un coup de coeur pour la mobilité en rapport avec Décrocher la lune (2002), ainsi que pour l’aménagement de dalles podotactiles (2004). La gestion avait été nominée pour le pass scolaire en 2006. Elle a été primée pour la création d’un logiciel de gestion des demandes d’intervention (2008), pour le rôle joué dans le développement du projet Boch (2008), pour la communication avec la population dans le cadre des travaux urbains (2010).

Propos recueillis par Fab.

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


− un = 8