Episode V, Bataille au-delà des étoiles

Une marionnette de mousse et de guenilles

Prenez une marionnette de mousse et de guenilles. Au pantalon élimé mais à l’allure fière et décontractée des paysans d’antan. Baptisez-la Sancho. À l’aide de bouts de ficelles, faites-lui grimper une église. Au sommet, plutôt que de lui faire contempler le paysage, demandez-lui de décrocher la lune. Elle est pendue, juste là, entre les espoirs et les tempêtes. Sancho Gille saura quoi en faire.

Depuis l’an 2000, voilà quatre fois qu’il la décroche. Du voyage initiatique qu’a été la première aventure, au décrochage collectif de l’année dernière, Sancho a toujours su s’entourer dans sa quête : le Peuple des Loups, des animaux imaginaires, des mobiles géants, un orchestre lunaire. Et puis des vedettes. L’opéra urbain imaginé par Franco Dragone s’est offert notamment les services de Catherine Lara et Saule.

« Il faut viser la lune, car en cas d’échec on retombe toujours dans les étoiles. » [Oscar Wilde]

Vous avez dit Côté obscur ?

Luc Petit

Pour l’épisode V, l’équipe de Luc Petit et Monsieur Zo ne s’est pas contentée d’un seul invité, mais d’une panoplie entière. En première ligne : Akhenaton. L’emblématique chanteur du groupe IAM, interprète de l’Empire du Côté Obscur, a composé un morceau inédit pour l’occasion (avec Faf La rage). Bande originale pour un opéra spécial. Spatial même. Et dans leur quête d’une histoire extraordinaire, les créateurs de Décrocher la lune se sont légitimement tournés vers l’un des méchants les plus célèbres de l’histoire du cinéma pour donner du relief à leurs délires : Dark Vador. Himself.

Attendez. Stop.
Quoi ? Le Seigneur Vador à La Louvière ?
On se fout de nous ?

La 501e légion

Que nenni ! Tant qu’à faire venir un méchant de la pire espèce dans la cité des Loups pour subtiliser la lune que Sancho convoite, le seigneur Sith a vachement plus de crédit que le héros de Moi, Moche et Méchant. Ainsi, Dark Vador et les stormtroopers de la 501st Légion Fanwars Garrison seront donc les méchants de la saga. Ça tombe bien, dans l’épisode V, l’Empire contre-attaque. Là on imagine La Louvière se transformer en base impériale, avec des Tie-Fighters et des escadrons de X-Wing en embuscade. Bon, n’exagérons pas ! On aura juste une montgolfière arborant la tête de Dark Vador. C’est mieux que rien. La Marche Impériale par contre, nous y aurons droit, interprétée par l’Orchestre National Lunaire. PomPomPom PomPopom PomPopom… Par contre, il n’est pas certain que l’on entende la réplique : « Sancho, je suis ton père»…

Le Pitch

Tout le monde le sait, Sancho décroche la lune à la fin. Ce n’est pas un secret. Mais ce qui compte, c’est avant tout le voyage qui l’y mènera. Luc Petit, metteur en scène de l’opéra urbain depuis ses origines a levé le voile sur le scénario de l’Episode V.

Voici ce qu’il en dit :

Le Joker

«Après l’effort surhumain accompli lors de la dernière édition, Sancho s’est endormi, le coeur et l’esprit soulagés de savoir que tout s’est remis en place. Mais, c’était sans compter sur les forces du mal. Tapies dans l’ombre, aux ordres du Joker, elles se saisissent de la lune et l’emportent. Akhenaton se met alors à chanter et réveille la marionnette qui remarque la disparition et se met en quête de l’astre lunaire. En chemin, il croise le Joker qui lui mitonne un parcours dont il a le secret à travers un univers de débauche fantastique et surréaliste d’où jaillissent des majorettes, des pompom girls. Il est mis au défi : il devra lutter pour récupérer son dû. Les amis de Sancho se battront sur des rings de catch pour sauver leur ami. Mais Sancho ne remporte pas la bataille. De la foule, sortiront alors des Anonymous, qui vont l’aider à se relever. Vingt funambules vont l’aider à avancer sur un fil. Le Joker interviendra encore, pour faire apparaître une fausse lune. C’est là que la femme canon, mais aussi Batman, Spiderman, Hulk, Thor, Captain America dégageront le terrain pour que Sancho puisse atteindre son but.»

Retransmis en direct

L’on entendra alors à nouveau une reprise de la Marche Impériale. Avant que n’éclate le feu d’artifice final concocté par Antonio Parente. Franco Dragone l’a promis : ce sera du jamais vu. Un spectacle qu’Antenne Centre (ACTV) retransmettra en direct télé sur toutes les télévisions locales et en streaming sur son site. Plusieurs écrans géants seront disposés sur le site. Ainsi qu’un autre sur la place Mansart. Le dispositif policier comptera plus de 120 agents. On attend quelque 30.000 spectateurs…

 

 

Des moyens incroyables

150 danseurs

La logistique de cet opéra urbain – qui s’inscrit dans le cadre des Fêtes de la Fédération Wallonie-Bruxelles – est exceptionnelle à plus d’un titre. Il faut savoir que plus de 900 personnes participeront au spectacle. Près de 150 danseurs ont travaillé sous l’égide de Francis Pedros et Christine Lassauvageux. D’autres se sont essayés à la danse aérienne. Il y aura aussi des acrobates, des funambules, des musiciens, des catcheurs, des tamboureurs, des porteurs, mais aussi des bénévoles. Tous mûs par le même désir, donner à la fête sa vraie nature : celle d’une aventure populaire au sens le plus pur du terme. Samedi, plus de 10.000 masques de Sancho seront distribués au public. Superhéros ou anonymes, nous serons sur un pied d’égalité pour affronter l’adversité. Des hommes. Des femmes. Des Humains.

De superbes costumes

Quelques 25 personnes, héros et héroïnes du quotidien, seront mises à l’honneur au cours de l’opéra. Vêtus d’un costume confectionné sur mesure, ils verront leur image projetée sur la gigantesque toile tendue devant l’église Saint-Joseph. Les conseils de Daniele Bossi, Aurore Vandember et Eugenio Furino auront été précieux aux Ateliers La Tête en l’Air pour élaborer ces panoplies complexes à l’aide de matériaux récupérés.

Voilà peut-être la vocation d’une ville comme La Louvière : faire du neuf avec du vieux, du nouveau avec de l’ancien. Peu importent les jalousies qui pointent parfois dans le coin de quelques yeux malveillants. Ce n’est pas une tare que de se renouveler, se mettre au goût du jour ou de muer. Nous sommes tous des mutants du quotidien. Des superhéros qui s’ignorent.

Pour voir les galeries : la répétition générale #1, la répétition générale #2 

Texte et photos : Fab

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


huit × = 32